Bassel ou le courage d’un Libre

Publicités

Bassel Khartabil, libriste, activiste, avait été arrêté en 2012 à Damas. Il avait disparu le 3 octobre 2015. Ses proches ont informé, hier, avoir reçu une preuve formelle de son exécution par le pouvoir syrien quelques semaines après sa disparition.

Né en 1981, Bassel fut le créateur en 2010 du premier hackerspace syrien – Aiki Lab.
Il faut imaginer la Syrie d’avant les soulèvements : au début des années 2000, l’arrivée au pouvoir de Bashar Al-Assad avait ouvert des espoirs de développement économique et des libertés civiles – de la parole même de Damascènes, il y eut comme une parenthèse enchantée, très vite refermée. En 2010, le pouvoir du fils n’avait plus rien à envier aux maléfices du père, mais, tant qu’aucune contestation du régime n’était évoquée, les projets étaient possibles – et les projets de Bassel furent nombreux.

Bassel Khartabil, sous le pseudonyme de Bassel Safadi, était devenu l’un des plus proéminent des développeurs open-source syriens, en s’impliquant notamment dans l’édition Wikipédia en langue arabe, ainsi que dans les ateliers de définition des licences Creative Commons pour le monde arabe. Des travaux loin d’être anecdotiques : les licences Creative Commons bénéficient d’une reconnaissance internationale, garantie du droit au partage de contenu, et, pour qu’elles soient valides, répondent à des normes légales strictes  – un coup d’oeil sur cet article qui commente la dernière version des licences donne la mesure des difficultés à résoudre, entre variations régionales de la langue arabe et subtilités juridiques. En outre, Bassel Khartabil contribuait à la valorisation du patrimoine syrien sur Internet – un travail qu’il a mené jusqu’en prison, avec New Palmyra – projet toujours en cours d’un sauvetage de la mémoire du site.

Il faut parler de Bassel, et il faut parler de ce que nous apprend le destin de Bassel. Son emprisonnement en mars 2012, au premier anniversaire des soulèvements, avait suscité une première campagne internationale sous le hashtag FreeBassel, avec le soutien de très nombreuses organisations, dont l’Electronic Frontier Foundation et Amnesty International – les autorités américaines s’étaient également exprimées pour que cesse sa détention, et les Nations-unies l’avaient déclaré détenu arbitrairement. Le Foreign Policy, qui l’avait cité dans les 100 personnes influentes de 2012, écrivait alors à son propos: Bassel Khartabil is, or was, a young computer engineer living in Damascus whose innovative programming skills helped integrate Syria into the online community — fostering an open-source community in a country long on the margins of the Internet’s youth culture. Bassel portait le tort d’être acteur et figure de proue des libertés numériques aux yeux d’un régime avide de faire taire ce qui subsistait alors d’une société civile à même de porter une transition politique – en 2012, à l’arrestation de Bassel, la militarisation de groupes insurgés débutait à peine et il n’était pas question des dimensions confessionnelles.

L’arrestation puis l’exécution de Bassel Khartabil, c’est un crime parmi les dizaines voire les centaines de milliers d’exécutions sommaires toujours en cours en Syrie (il y aurait eu 13 000 exécutions dans la seule prison de Saydnaya). C’est aussi une exécution qui, malheureusement, en rappelle d’autres ailleurs dans le monde: des développeurs et des blogueurs sont de plus en plus souvent visés parce qu’ils éduquent leurs pairs à maîtriser les technologies – c’est-à-dire non pas au titre d’un discours en particulier, mais de la possibilité-même du discours. Il en est allé ainsi, au mois de juillet 2017, du Suédois Ali Gharavi, ancien du collectif Tactical Tech et auteur de la base de données sur les stratégies activistes New Tactics arrêté en Turquie aux côtés d’autres militants des droits humains, dont l’Allemand Peter Steudner, avec qui il organisait des ateliers de sensibilisation au numérique.

A l’heure où le chiffrement est trop souvent cité comme facilitateur de terrorisme – pas plus tard qu’hier le Home Office britannique mal informé a risqué une énième déclaration malheureuse sur le sujet – la confirmation de la mort de Bassel alerte une fois de plus sur l’impératif catégorique qu’il convient d’appliquer à la défense des technologies numériques. Computing is not a crime ./.

 

Cher Bassel, depuis hier, nous sommes nombreux à écrire combien tu nous importais. Nous sommes nombreux à penser à ta femme, Nour, que tu avais pu épouser en prison en 2013, qui a tout fait pour alerter et te faire libérer. Nous sommes nombreux à avoir espéré ta libération pour pouvoir enfin te rencontrer. Nous t’avons longtemps espéré vivant, alors que tu étais déjà mort. En te tuant, ceux qui t’ont tué, espéraient peut-être que tu serais oublié, ou que serait oublié ce qui fut un instant espéré pour la Syrie. Nour, ta femme, parle si bien de toi, et de tout ce qu’il ne faut pas oublier: à elle le dernier mot.


Il est possible de s’informer sur ce qu’il advient de la Syrie auprès du site SouriaHouria et de la Caravane culturelle syrienne.

Il est possible d’apprendre l’arabe auprès de Natakallam et de s’informer de certains types de menaces informatiques visant plus particulièrement les dissidents comme Bassel auprès de Security Without Borders ou  de Security in a box (projet mené par Tactical Tech, disponible dans une multitude de langues)

Outre les liens déjà liés à l’article, la journée du 2 août 2017 a été marqué par un hommage mondial à la mémoire de Bassel. L’Electronic Frontier Foundation a notamment rendus publics les échanges de Bassel avec ses équipes,
il leur avait écrit:

 I can tell you how much authoritarian regimes feel the dangers of technology on their continuity. And they should be afraid of that, as code is much more than tools. (…) I’m in jail, but still have thousands if not millions of my hands and minds outside writing code and hacking and they will always keep doing that, no matter what stupid actions these regimes take to stop the motion.

Publicités